EPISOL, un projet qui fait son chemin à Grenoble : un bel exemple de soutien d’une fondation individualisée

Origine et contexte du projet

Le Diaconat Protestant de Grenoble gère depuis 20 ans une distribution alimentaire (L’Echoppe) dans un quartier à grande précarité. Trois cent paniers (5 kg chacun) sont distribués chaque jeudi. L’association a constaté une augmentation des personnes en « précarité intermédiaire » qui sans être éligibles aux critères d’attribution étaient en tension alimentaire. Par ailleurs, l’association voulait expérimenter d’autres formes d’aide que celle du don charitable. En y réfléchissant avec le CCAS de Grenoble, l’idée a germée en 2013 de fonder une épicerie solidaire à Grenoble.

Quatre valeurs

Les membres fondateurs : Diaconat Protestant de Grenoble, Secours Catholique, CCAS, La Remise (membre de la Fédération de l’Entraide Protestante Grenoble), ont affirmés quatre exigences communes les unissant dans un projet d’épicerie solidaire :

  • Lutter contre l’exclusion et promouvoir le vivre ensemble ;
  • Avoir un lieu de vente ouvert à tous mais avec une tarification différenciée, adaptée au budget de chacun ;
  • Travailler en circuits d’approvisionnement courts et de qualité, avec des producteurs locaux ;
  • Favoriser l’activité salariale pour des personnes en insertion.

Des aides significatives pour la mise en œuvre

La Fédération de l’Entraide Protestante a sélectionné et soutenu ce projet, permettant l’embauche d’un chargé de mission permanent. La Fondation du Protestantisme a garanti un emprunt permettant l’achat d’un local de vente, un don important d’un mécène protestant nous a permis d’acquérir le fonds de commerce. Les pouvoirs publics (ville de Grenoble, Département de l’Isère, Grenoble Alpes Metropole, DIRRECTE, Secours Catholique, Emmaüs), la fondation Transdev et la fondation Caisse d’Epargne Rhône Alpes et des donateurs particuliers ont rendu possible l’ouverture d’un magasin, 45 rue du général Ferrié à Grenoble, en Juin 2015.

Une action originale pérenne

EPISOL compte aujourd’hui plus de 750 adhérents avec 200 passages en caisse chaque jour. Le public touché concerne principalement des personnes en précarité alimentaire (travailleurs pauvres, familles nombreuses à faibles revenus, personnes âgées, étudiants ….) qui côtoient des personnes plus aisées, sous l’attention bienveillante d’un animateur salarié qui veille à favoriser le vivre ensemble. La majorité des articles sont achetés avec réduction selon le quotient familial de l’acheteur tandis que 30% le sont de façon « solidaire ».

Les trois vendeuses du magasin sont en insertion par l’activité économique, elles sont formées et encadrées par une responsable du magasin qui s’associe à l’accueil convivial. Elles acquièrent ainsi un savoir-faire utile dans le monde du travail.

La lutte contre le gaspillage alimentaire (loi « Hammon », février 2016) nous permet de récupérer dans divers supermarchés, des denrées en date limite de vente que nos bénévoles (une trentaine) remettent, après un tri stricte, dans le circuit de vente du jour. Ces produits sont alors vendus très bon marché à ceux qui ont les plus faibles moyens (critère basé sur le quotient familial). Ainsi, grâce aux économies faites sur les fruits et légumes, des personnes en difficulté financières peuvent acquérir des produits Bio ou locaux vendus au magasin mais qui sont plus chers.

Ce dispositif encourage la mixité entre clients, bénévoles et professionnels de la vente qui est d’une grande richesse. Sa structure économique, basée sur l’absence de vente à perte, permet un équilibre économique pérenne du magasin.

Une action originale qui se projette sur l’agglomération

Porter notre dispositif au plus près des habitants de l’agglomération, et en particulier pour ceux qui ont une mobilité réduite du fait de leur âge, est à l’étude pour une expérimentation en octobre 2018.

Nous projetons une épicerie solidaire mobile à l’aide d’un camion d’épicier qui viendrait se positionner dans des résidences d’autonomie (pour personnes âgées), des foyers de jeunes travailleurs, des emplacements de quartiers disposant de peu de commerces. C’est un concept souple, nécessitant un investissement modeste, mais qui permettra de faire profiter d’EPISOL à de nombreux habitants de quartiers éloignés de la localisation de son magasin.

Deux fondations soutiennent ce projet. Nous espérons aussi le soutien de la Fédération de l’Entraide Protestante au travers du prix de l’initiative 2017.  Aujourd’hui, nous sollicitions vos dons pour nous aider à finaliser ce montage, ils seront reversés à l’association EPISOL après paiement des frais de gestion de la fondation.

Share Post :